Melanee Thomas|Professeure adjointe, Université de Calgary

« Nos recherches révèlent que les femmes qui se portent candidates aux élections fédérales briguent systématiquement des circonscriptions qu’elles ne peuvent pas remporter. À l’opposé, les hommes sont beaucoup plus susceptibles de se porter candidats dans des circonscriptions où leur parti a de bonnes chances de remporter l’élection. Pire encore, cette tendance se confirme encore plus lorsque les partis désignent moins de femmes que d’hommes. Dans une démocratie canadienne, une telle situation est tout simplement impossible à justifier. Les raisons sont tellement nombreuses d’encourager la candidature des femmes – elles gagnent; elles apportent avec elles des expériences diverses et pertinentes du point de vue de la politique à la Chambre; elles montrent à la moitié de la population qu’elles aussi méritent d’avoir leur place en politique. Pour toutes ces raisons et parce que les recherches révèlent que les partis continuent de faire de la discrimination contre les femmes qui se portent candidates, la meilleure solution consiste à cibler leur porte-monnaie. Avec le projet de loi C-237, si les partis ne font pas la bonne chose parce que c’est en fait la chose à faire, ils peuvent le faire parce qu’ils doivent alors assumer le coût de continuer dans la même voie. »

Melanee Thomas|Professeure adjointe, Université de Calgary
Melanee Thomas|Professeure adjointe, Université de Calgary
Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats