Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats

Le moment est venu pour la parité hommes-femmes au Parlement

Parce qu'on est en 2016 

OTTAWA (02/25/2016) – Kennedy Stewart, député de Burnaby-Sud, a déposé aujourd’hui le projet de loi c-237 pour instaurer la parité entre les sexes à la Chambre des communes en incitant les partis politiques à nommer plus de femmes lors des futures élections.

« Malgré l’élection de 88 députées en 2015 – un nombre record –, les femmes n’occupent encore que 26 % des sièges à la Chambre des communes, indique M. Stewart, professeur agrégé détaché de l’École de politiques publiques de l’Université Simon Fraser. Un nombre plus que suffisant de femmes se manifeste pour briguer les suffrages; le véritable problème, c’est que les partis politiques ne tiennent pas compte de l’équité hommes-femmes dans leurs processus de nomination. Sans de nouvelles mesures, le Canada n’atteindra probablement la parité qu’en 2075. »

À l’heure actuelle, Élections Canada rembourse aux partis politiques jusqu’à 50 % de leurs dépenses de campagne après les élections. En vertu de la nouvelle loi, un parti politique s’exposerait à une réduction modeste de cette subvention publique si ce parti ne soumet pas une liste paritaire de candidats.

« Le Canada se classe au 60e rang dans le monde au chapitre de la représentation équitable dans son assemblée législative nationale, poursuit M. Stewart. La Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats est semblable aux lois de la France, de l’Irlande et d’autres pays qui incitent les partis politiques à dresser des listes partiaires de candidats. Après tout, nous sommes en 2016. »

Le projet de loi C-237 sera parmi les 30 premiers projets de loi d’initiative parlementaire débattus et mis aux voix au Parlement ce printemps.

 

Résumé : Loi sur l'équité hommes-femmes chez les candidats

  • Établit un lien entre les subventions publiques actuellement accordées aux partis politiques et les mesures d’équité entre les sexes.
  • Incite les partis à présenter plus de candidates et à progresser vers la parité des sexes.
  • Laisse aux partis la liberté de choisir comment ils recrutent des candidats et mènent les courses à l’investiture.
  • Se fonde sur les lois d’autres grandes démocraties ayant élu plus de femmes au pouvoir.
  • Conçu pour fonctionner sous n’importe quel système electoral.

 

Le saviez-vous?

  • Encore en 2016, les femmes occupent seulement 26 % des sièges à la Chambre des communes.
  • Le Canada se classe au 60e rang mondial pour ce qui est de la parité des sexes.
  • La représentation égale des sexes au Parlement du Canada ne se concrétisera qu’en 2075, soit dans 60 ans.

 

À propos de Kennedy

  • in_the_House_1.jpgDéputé néo-démocrate depuis 2011.
  • Ph. D. de la London School of Economics and Political Science.
  • Professeur agrégé à l’Université Simon Fraser (actuellement en congé).
  • A fait adopter une motion d’initiative parlementaire en 2013 visant à permettre la présentation de pétitions en ligne au Canada, malgré l’opposition du premier minister Harper.
  • A déposé le projet de loi C-237, Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats, le 25 février 2016.

« Il ne faut pas être une femme pour être féministe. Après avoir étudié la démocratie pendant des décennies à titre de professeur d’université, j’ai désormais l’occasion de changer les choses en tant que député. C’est pourquoi j’ai proposé le projet de loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats. Après tout, nous sommes en 2016. » 

–  Kennedy Stewart, député de Burnaby-Sud

Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats
Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats
Loi sur l’équité hommes-femmes chez les candidats